Eloge de l'échec : ils ont raté leur examen

Billet du blog publié le 04/12/2017 à 18:42, vu 28601 fois, 14 commentaire(s), Auteur : Mikaël Benillouche
Ils s'appellent Omar, Frère Tuc, Sonia, Bee, ... et ils n'ont pas eu leur examen d'entrée au CRFPA. Ce sont les victimes de la génération "crash-test". Voici leur histoire...

Je sais que je dois débuter cette chronique par une citation de Confucius "[l]a plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute" ou encore de Nelson Mandela "je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends", mais que cela fait du mal tout de même d'essuyer un échec, surtout quand on mérite de réussir. 

Précédemment, je décrivais la réussite de différents étudiants de Sup Barreau que j'ai suivi durant une année entière...https://www.legavox.fr/blog/mikael-benillouche/chronique-prepa-crfpa-comment-vont-24307.htm

Mais il y en a d'autres et non des moindres qui n'ont pas réussi et je n'ai pas eu les mots pour les aider. Au delà des statistiques, ces échecs m'ont profondément affecté, énervé et agacé.

"OMAR M'A TUER"

​Jeux de mots facile n'est-ce pas ? Omar c'était certainement mon meilleur étudiant. C'est un pénaliste. C'est un peu le fils spirituel. C'est un homme bien, loyal, honnête et droit. Il s'est battu pour réussir son examen. Régulièrement, je surveillais ses copies, supervisais son travail. Je nourrissais de grands espoirs dans sa réussite. Serein, j'avais l'impression que sa réussite ne poserait aucune difficulté. Il a énormément travaillé. Il a quelques lacunes en droit des obligations bien sûr, largement compensées par une maîtrise de la matière pénale assez rare à son âge.

Il fédérait les étudiants autour de lui, leur prodiguait des conseils, les aidait régulièrement à comprendre les notions les plus complexes (nullités de l'instruction ou corruption par ex.).

Il ne l'a pas eu, je n'ai pas compris, c'est illogique. Il a du mal à s'en remettre. Il veut se venger, revenir et il aura son examen, ce n'est pas possible... 

​J'AI ASSASSINE BEE

​Dans ma carrière, j'en ai rencontré des gens formidables, Bee fait partie de ceux-là. Bee et moi, c'est une histoire de rendez-vous manqués avant cette année. Elle s'est inscrite à la Prépa et je l'ai suivie du début à la fin. Elle a travaillé d'arrache-pied avant la Prépa, elle a tout donné. Tous les soirs, durant les épreuves, nous faisions le point, cela devait être juste, mais ça devait passer. Elle passait l'examen dans un IEJ où les pénalistes réussissent peu. Et elle ne l'a pas eu. J'ai pris sur moi une initiative, c'est moi qui lui ai annoncé ses résultats. C'était terrible, horrible, traumatisant.

Pour vous situer le personnage, Bee c'est une personne qui est capable de venir te voir juste après que tu lui aies annoncé qu'elle n'a pas eu son examen et qui plante son regard dans tes yeux et te demande comment tu vas. Je ne vais pas bien Bee, je suis tellement désolé, j'étais tellement persuadé de t'annoncer une bonne nouvelle. Il va falloir que tu y retournes tu sais ? 

J'AI ETE LE POURVOYEUR DE FAUX ESPOIRS

Ah Frère Tuc, mon publiciste, ma grande rencontre de cet été : que de souvenirs improbables avec lui, de discussions autour de la pédagogie. C'est que voyez-vous Frère Tuc a un problème avec l'autorité, mais il suffit de le convaincre finalement. Il n'aime pas trop la condescendance. Bon, Frère Tuc est brutal en droit, c'est donc logiquement qu'il a été admissible au CRFPA.

Le 7 novembre, il a passé son GrandO, dans un grand IEJ parisien. Juste après, il m'appelle son plan tient bien la route. Il s'agissait de commenter un arrêt de la Chambre criminelle. Il a été réactif et pertinent concernant les questions. Tout s'annonçait bien. En évaluant sa performance, je tablais soit sur un 9, soit sur un 16/20. C'est que Frère Tuc peut agacer. Quelques jours auparavant, je lui avais fait passer une simulation du GrandO en tête-à-tête et j'ai essayé de l'assassiner. Il a eu droit à un florilège : entre des questions sur l'histoire constitutionnelle de France, la Grèce des colonels et mon café qui s'est renversé, j'ai essayé - sans y parvenir - de le désarçonner. 

Bref, Frère Tuc allait avoir son examen. Le 1er décembre, tout était prévu. Après mes cours, je comptais aller le rejoindre pour fêter cela autour d'un verre. Il m'a appelé, il avait 6/20. Il n'a pas eu son examen. je n'ai pas été le seul surpris. Tout le monde pensait qu'il faisait une blague. Ce n'était pas une blague. Ses notes ont été vérifiées ! Il ne l'a pas...

Frère Tuc est impressionnant, il se relève déjà, il a hâte d'en découdre à nouveau...

​LA GENERATION "CRASH TEST"

Pourquoi raconter ces histoires plutôt que d'autres ? Je ne sais pas, je pense que ce sont les plus marquantes, les plus blessantes et surtout que je n'arrive pas à les réconforter mes petits. Bien sûr, j'ai parlé de mes propres défaites, mon premier échec au CRFPA, mes deux "ratés" à l'agrégation et je leur ai dit, montré que l'on pouvait les surmonter...ensemble. Mais je trouve cela injuste.

Je sais ce que j'encours en écrivant ces propos. Déjà, les Profs grincheux de certains IEJ vont à nouveau prendre leur plume acerbe pour critiquer. Savent-ils qu'ils se gargarisent de la réussite de nos étudiants ? Ensuite, il y a les défenseurs de la réforme avec lesquels il est tout de même possible de dialoguer. Enfin, il y a ces "collègues" réduits à un silence coupable alors même qu'ils bénéficient d'une liberté de ton inhérente à leur indépendance constitutionnellement garantie.

L'examen national devait être plus juste. Or, IL N'EN EST RIEN ! Les grilles de correction ont été suffisamment critiquées pour ne pas y revenir. Certains correcteurs s'en sont manifestement émancipés. Pourquoi ne pas croiser les corrections d'un IEJ à l'autre ? Les disparités n'ont absolument pas été gommées - bien au contraire - elles se sont creusées. Et que dire des oraux ? Ils sont nécessairement inégaux. Quels sont précisément les critères d'exigence ? Pourquoi ne pas avoir nationalisée cette partie de l'examen ?

Il est impératif d'aller plus loin, il en va de la crédibilité d'une profession qui cette année est passée à côté d'Omar, de Bee, de Frère Tuc et de tant d'autres qui auront été de merveilleux avocats. Et qui le seront...dans un an ! Cela ressemble à un serment !!!   


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
Petitvélo [Visiteur], le 05/12/2017 à 12:34
Bonjour, je suis rassuré de voir que je ne suis pas le seul dans cette situation. Pour ma part, j'ai réussit l'exploit, oui s'en est un, de ne pas avoir le CRFPA, à cause du pénal, alors même que j'ai eu toujours la moyenne dans cette matière et que je suis diplômé avec mention d'un Master de droit pénal.....
MikaBenillouche [Membre], le 05/12/2017 à 12:52
Cela arrive, ça me rappelle...mon propre cas !
Loredana [Visiteur], le 05/12/2017 à 12:54
http://www.seuil.com/ouvrage/la-societe-du-concours-annabelle-allouch/9782021350258

L'enjeux dépasse la question du crfpa et de sa réforme.
besno [Visiteur], le 05/12/2017 à 17:34
Avocat depuis plus de 3 ans je reste choqué par les modalités d'"examen" telles que je les ai décrites et j'en ai vu tomber des Bee et des Frères Tuc bien meilleurs que moi : https://www.legavox.fr/blog/ipness/examen-entree-crfpa-direction-7430.htm

Ce qui est frappant c'est que ce type d'injustices se généralise tel que par le tirage au sort pour aller à l'université, et pas un jeune dans la rue...que faire ? Un jour ce système inégalitaire car aléatoire sera considéré comme préhistorique !
Dr. Amy [Visiteur], le 05/12/2017 à 20:50
Correctrice du crfpa je vous rejoins sur Les grilles mal Faites Et Regrette que Les copies n'aient pas ete croisées entre Les iej... une bêtise de plus Dans un examen mal ficelé....
Dr. Amy [Visiteur], le 05/12/2017 à 20:50
Correctrice du crfpa je vous rejoins sur Les grilles mal Faites Et Regrette que Les copies n'aient pas ete croisées entre Les iej... une bêtise de plus Dans un examen mal ficelé....
Lexpublicgirl [Visiteur], le 05/12/2017 à 22:17
Je fais partie de l'écrémage de cette année malgré mes deux masters 2 en droit public obtenus avec mention bien, un titre de major en master 1, des stages tous plus réussis les uns que les autres, une prépa privée, des simulations de grand O réussies etc... Bref, sur le papier, ça devait passer... Mais ça n'est pas passé....

Que peuvent faire les candidats face à ce système ? Une pétition, une manif' ?

Je connais beaucoup d'étudiants qui en ont marre de cette injustice que constitue la sélection d'entrée au CRFPA. Mais beaucoup ne savent pas comment agir...
SOS
Merci :)
Publiciste [Visiteur], le 06/12/2017 à 11:28
Bonjour ! Votre article m'a beaucoup touchée! Étant étudiante en droit public j'ai raté le CRFPA une deuxième fois à Assas. L'an dernier j'ai fini à 9,83 de moyenne, soit il m'a manqué 0,17 points pour avoir les écrits. Cette année c'est encore pire, j'ai partout une not égale à 9,5 alors que j'avais préparé les CRFPA pendant une année et vraiment tout donné aux épreuves écrites... je ne me décourage pas et me prépare psychologiquement pour le repasser une troisième fois.. Toutefois, ce sentiment d'injustice me ronge de l'intérieur.. Je me suis beaucoup reconnue dans votre témoignage
Abroquaire [Visiteur], le 06/12/2017 à 11:50
Je fais partie de l écrémage également ( 3 fois loupé) et dieux sait que j’ai fait des sacrifices. Mais ça reste un concours et pleurer ne changera ainsi que de critiquer ceux qui essaient de rendre ce concours. Stop le bureau des pleures allons de l’avant. La perfection n’existe pas et qu’elles que soient les modalités il y’aura toujours des mécontents .
Merci
Lexpublicgirl [Visiteur], le 06/12/2017 à 12:22
@Abriquaire, on ne pleure pas. On constate avec amertume. Je ne suis pas d'accord avec vous en ce qui concerne la critique des modalités d'examen. La critique peut et doit faire avancer les choses. C'est tout le sens de l'article de M. Benillouche. Le silence face à l'injustice est pire que tout. Je suis désolée pour vos 3 échecs mais admirative de votre faculté à rebondir.
Lowai [Visiteur], le 06/12/2017 à 14:22
Je me suis également reconnue dans votre témoignage ... j’ai passé 3 fois le concours, réussi 2 fois les écrits et finalement manque le tout pour 0,2 points ...
il est difficile de ne pas voir naître un sentiment d’injustice quand on a tout fait et tout donne pour réussir, quand on s’est fortement investi mentalement.
Malgré tout la vie continue et il faut savoir continuer même si une perte de confiance en soi est née ...
Agatheravon [Visiteur], le 06/12/2017 à 15:29
Je me retrouve énormément dans cet article. J'ai passé mon CRFPA à l'IEJ de Paris 2, en droit des affaires. Bien qu'étant masterisée en droit des affaires avec mention très bien (et était major de promotion), je n'ai même pas eu mes écrits. Un échec que je ne comprends toujours pas, de même que mes professeurs. D'autant plus que nous n'avons pas eu nos notes au sortir des résultats des écrits, mais lors de l'annonce des résultats finaux...
Bref, je me prépare à me lancer de nouveau dans la mêlée...en abandonnant peut-être le droit des affaires.
MikaBenillouche [Membre], le 06/12/2017 à 22:14
Je vous remercie de tous ces témoignages ! Ce qu'il faut faire ? Aller au bout de la réforme et s'interroger véritablement sur les taux de réussite. Certains IEJ ont joué le jeu, d'autres moins...
Il faudrait aussi compléter la composition de la Commission nationale.
Je rédigerai un nouvel article sur ce blog, je n'ai que cette arme ! Je peux aussi lancer un appel à suggestions via les réseaux...
Lexpublicgirl [Visiteur], le 06/12/2017 à 22:48
@MikaBenillouche, quelques amis éconduits aux écrits et moi-même avons contacté une vingtaine d'IEJ pour avoir les taux d'admission par spécialité (nous sommes concernés par le droit public). Nous n'avons essuyé que des refus d'accéder à ces statistiques. Je tiens à votre disposition les mails de réponse des IEJ en question. Nous sommes derrière vous ! Oui, à un appel à suggestion, ça peut faire bouger les lignes. Merci pour ce que vous faites pour nous.
Ajouter un commentaire