Publié le 13/05/2018, vu 377 fois, 0 commentaire(s), Auteur : Miles

En l'absence de disposition à cause de mort (testament, donation entre époux) le Code civil organise la dévolution successorale légale du défunt. La dévolution et la répartition des droits varient selon que le défunt laisse ou non un conjoint survivant. Sera ici abordé uniquement la dévolution successorale légale en l'absence de conjoint survivant. Au préalable, il est nécessaire de déterminer l'aptitude d'une personne à héritier.

L'aptitude à hériter

La qualité d'héritier se prouve par tous moyens (art. 730-1 du Code civil). Le plus souvent, la qualité des héritiers est constatée dans un acte notarié : l'acte de notoriété. Cet acte constitue une preuve parfaite, il est réputé exacte et s'applique de plein droit en l'absence de preuve contraire.

Un héritier peut également demander que sa qualité d'héritier soit reconnue en justice, c'est ce qu'on appel une action en pétition d'hérédité. Cette hypothèse se présente principalement dans des contextes litigieux.

Pour qu'un héritier vienne à la succession du défunt, il doit remplir plusieurs conditions :

- Il doit exister au jour du décès, c'est-à-dire ...



Lire la suite ...
Publié le 13/05/2018, vu 1092 fois, 0 commentaire(s), Auteur : Miles

La loi n°2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle a modifié la procédure de l'envoi en possession du légataire universel. Ces nouvelles dispositions s'appliquent aux successions ouvertes à partir du 1er novembre 2017.

Nota Bene : la date d'ouverture d'une succession correspond au jour du décès du défunt.

Les successions ouvertes avant le 1er novembre 2017

Les dispositions de la loi du 18 novembre 2016 ne trouvent pas à s'appliquer aux successions ouvertes avant le 1er novembre 2017, il convient d'appliquer l'ancienne procédure relative à l'envoi en possession du légataire universel.

En l'absence d'héritiers réservataires, le légataire universel doit être envoyé en possession afin d'être saisi de ses droits dans la succession. La procédure ancienne, toujours applicable pour les décès intervenus avant le 1er novembre 2017, nécessite le dépôt d'une requête au Président du Tribunal de Grande Instance du ressort du lieu du décès du défunt à l'initiative du légataire. La procédure, longue et complexe, a pour but de vérifier la validité du legs et l'absence d'héritiers réservataires.

A l'issue du contrôle du legs et ...



Lire la suite ...
Publié le 12/05/2018, vu 623 fois, 2 commentaire(s), Auteur : Miles

Une donation est une libéralité entre vifs par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement de la chose donnée en faveur du donataire qui l'accepte (art.894 Code civil).

La donation est un contrat unilatéral où seul le donateur a une obligation : celle de donner immédiatement et irrévocablement la chose. Le donataire, celui qui reçoit la donation, ne fait qu'accepter la libéralité faite à son profit.

Les donations ordinaires

Les conditions de formation

Les parties doivent avoir la capacité de disposer de leurs biens (cf Libéralités : généralités). Leur consentement doit être libre et éclairé et ne pas être vicié.

Le dépouillement immédiat et irrévocable du donateur est une condition essentielle à la donation. De même celle-ci ne peut porter que sur des biens présents, à peine de nullité.

La donation est un acte solennel, elle doit obligatoirement prendre la forme d'un acte authentique notarié (rédigée par un notaire).

Les effets de la donation

La donation opère un transfert de propriété immédiat de la chose donnée (obligation de délivrance) et est en principe irrévocable. Des exceptions au principe de ...



Lire la suite ...
Publié le 12/05/2018, vu 304 fois, 0 commentaire(s), Auteur : Miles

La libéralité est définie à l'article 893 du Code civil qui dispose "La libéralité est l'acte par lequel une personne dispose à titre gratuit de tout ou partie de ses biens ou de ses droits au profit d'une autre personne. Il ne peut être fait de libéralité que par donation entre vifs ou par testament". Par application de cet article, une libéralité doit réunir un élément moral ainsi qu'un élément matériel.

L'élément moral

L'élément moral correspond à la volonté d'une personne de s'appauvrir et d'en avoir conscience pour avantager une personne. L'élément moral permet de distinguer les libéralités des autres actes à titre gratuit dénués d'intention libérale (exemple : bénévolat).

L'élément matériel

Une libéralité doit opérer un appauvrissement du disposant d'une part, et un enrichissement du bénéficiaire d'autre part. Certaines libéralités peuvent toutefois comporter des charges évaluables en argent (exemple : obligation d'entretenir le donateur) à condition que cette charge soit d'une valeur inférieure à celle du bien donné. Dans le cas contraire ...



Lire la suite ...

PAGE : [ 1 ]