Proposition de reclassement : l’écrit n’est pas obligatoire

Billet du blog publié le 12/10/2017 à 11:05, vu 249 fois, 0 commentaire(s), Auteur : Redada
La preuve de l’existence d’une offre de reclassement ne nécessite pas obligatoirement un écrit.
Les faits sont les suivants : un salarié occupant les fonctions de chauffeur routier fait l’objet d’un avis d’inaptitude à tout emploi dans l’entreprise. Il est licencié pour inaptitude et impossibilité de reclassement.

Il saisit le Conseil des prud’hommes, faisant valoir que son employeur n’aurait pas satisfait à son obligation de reclassement.

La Cour d’appel lui donne raison au motif que, en l’absence d’écrit, il n’est pas établi que l’employeur a proposé un poste de reclassement ni que le salarié l’a refusé.

Il convient de préciser que la lettre de licenciement faisait état d’une proposition de reclassement confirmée par un délégué du personnel.

La Cour de cassation a cassé l’arrêt de la Cour d’appel, estimant que l’existence d’un écrit n’est pas une condition posée par la loi.

Cass soc 8 juin 2017, n° 15-29419

Articles sur le même sujet :


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
Ajouter un commentaire